Notre addiction aux réseaux sociaux nous empêche de lire 200 ouvrages par an

Lecture

Vous avez du mal à évaluer le temps que vous passez sur les réseaux sociaux mais vous diriez que vous en passez beaucoup, voire trop ? Cela vous rend un peu triste de songer à tout ce temps gâché ? Malheureusement, à en croire les statistiques, votre amertume est plus que fondée.

Tout est parti d’une simple déclaration de l’homme d’affaires américain Warren Buffet, après qu’il ait affirmé devoir son succès à la lecture de 500 pages par jour. Interloqué par ce chiffre (particulièrement élevé, il faut le reconnaître), un contributeur du site d’information anglophone Quartz, Charles Chu, explique comment l’application du précepte de Warren Buffet a changé sa vie.

L’expérience de Charles Chu a débuté il y a deux ans, en janvier 2015. Depuis, il a lu quelque 400 livres. A titre de comparaison, on considère généralement qu’une personne lisant en moyenne 50 livres par an (soit environ 1 par semaine) appartient déjà à la catégorie des grands lecteurs. C’est dire l’exploit que constitue la lecture de 200 livres par an. Pourtant, Charles Chu affirme que ce rythme de lecture n’a en réalité rien d’une prouesse. A l’écouter, avec un peu de discipline et les bons outils, tout le monde peut parvenir au même résultat, même si tout le monde ne le fera pas. Question de calcul.

En se calquant sur le niveau de lecture d’un Américain moyen (200 à 400 mots par minute), Charles Chu a calculé que la lecture de 200 livres de taille moyenne (50 000 mots) nécessitait 417 heures, ce qui équivaut à 17 jours pleins. Cela peut sembler beaucoup, mais ce n’est en réalité pas grand chose lorsqu’on considère qu’un Américain passe en moyenne par an 608 heures sur les réseaux sociaux et 1 642 heures devant la télé. Si tout ce temps passé sur les réseaux sociaux et devant la télé était remplacé par de la lecture, on lirait jusqu’à 1000 livres par an. Ce qui est difficile donc, ce n’est pas de lire, mais de s’y mettre, dans un environnement souvent saturé et peu propice.

Car lire 200 à 1000 livres par an implique tout de même de supprimer un certain nombre d’habitudes très ancrées. Charles Chu explique avoir augmenté son nombre de lectures en réduisant le nombre d’applications sur son Smartphone au strict minimum : en plus des fonctionnalités de base, il possède l’application Kindle (pour lire donc) ainsi qu’une application lui permettant de modérer l’usage qu’il fait de son téléphone, car, ajoute-t-il, la volonté ne suffit pas toujours pour changer ses habitudes. C’est plutôt une question d’entraînement. Charles Chu mentionne entre autres l’utilité du recours à des livres de développement personnel ou à des coachs pour réussir dans la voie de la digital detox. 

Pour le reste, si votre but est de réussir aussi bien que Warren Buffet ou tout simplement de lire autant que lui et Charles Chu, il vous suffit de lire partout sans chipoter sur le support. Livre papier, e-book, téléphone ; sur un banc, dans le métro, en marchant, peu importe. Ne pensez pas à tout ce qu’il vous faudra entreprendre pour arriver à lire 200 livres par an, pensez plutôt au supplément d’âme et de vie que toutes ces nouvelles lectures vous apporteront.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)


3 106 vue(s)

A propos de Cecilia Sanchez 290 Articles
Cecilia est chargée de communication et rédactrice chez Booknode

10 Comments

  1. Intéressant mais, « Harry Potter à l’école des sorciers » compte 76 000 mots. Et il est considéré (pour le plupart des lecteurs) comme un petit roman. D’ailleurs les romans de fantasy/fantastique sont généralement plus gros que les autres genre de livres.

    Donc 50 000 mots ça paraît petit, ça fait environ 200 pages. Cela dit, 1000 livres paraît aussi affolant !

  2. Bonjour, il faudrait corriger « après qu’il ait affirmé devoir son succès… » en « après qu’il a affirmé ». Merci d’avance 🙂

  3. Je me suis fais la réflexion il y a peu, c’est pourquoi je ne vais quasi plus sur Facebook, et la télé presque plus non plus, ce qui me permet de bien plus lire (pourtant je ne suis pas aux 50 livres /an !).

    Mais à la place de Facebook il y a booknode qui rogne assez sur mon temps de lecture 😀

  4. Les contraintes professionnelles et familiales sont aussi un obstacle à la lecture. Et lorsque toutes ces obligations sont accomplies, le corps est fatigué, la concentration pour une lecture est moindre. La télévision et les réseaux sociaux sont des canaux « faciles » pour se changer les idées … Presque un cercle vicieux … Je concède qu’il faut presque « lutter » pour lire … Je rejoins l’auteur sur la nécessité d’adopter de nouveaux comportements. La lecture s’est tout de même plus épanouissant et tellement sympa à partager !

  5. Je suis complètement d’accord avec toi ! Les livres fantastiques font en général entre 80 000 et 120 000 mots (fourchette large) donc dire que 200 livres par an c’est énorme est assez relatif. C’est tout aussi impressionnant de lire 80 livres de 400 pages en moyenne.

  6. Je suis d’accord avec cette article, je fais parti de la catégorie des grand lecteur je lis en gros 2 a 3 livres par semaine (tout dépend du temps que je peu accorde au livre et oui j’ai une vie quand même et également de la grosseur du livre).
    Par contre est sa toujours été le cas je ne suis pas une grandes adepte de la télé et des réseaux sociaux…
    Depuis je dirais le collège j’ai commencé à m’intéresser au livre grâce à une prof de français qui pensait a tord malheureusement que je pourrais amélioré mon orthographe.
    Mais je pense que notre jeunesse actuelle est trop ancré dans la spirale d’internet, réseaux sociaux et télé pour voir une utilité a ouvrir un livre.
    Et pourtant la lecture a un coté enrichissant, et sa permet pour ma part de s’évader le temps de quelque page.

  7. Déjà nous on lit , ce qu’il me fait peur , c’est tout les gens devant la télé, qui ne lisent jamais .
    >> Et que toi quand tu veux parler de livres on te perçoit comme un « extra-terrestre ».
    >> Quand les gens te sortent , j’ai pas le temps de lire alors qu’ils sont 3h devant la télé .

  8. La question qui me vient c’est : quel intérêt de lire plusieurs centaines de livres par an ? J’en lis une cinquantaine à peu près. Juste pour le plaisir. Je ne compte pas ce que je lis pour des raisons professionnelles (manuscrits, corrections, documentation pour mon écriture) ou pour le plaisir sur le forum d’écriture de Booknode, ce qui pourrait doubler les heures de lecture.
    Si j’ai un livre qui me passionne je peux très bien laisser mon FB fermé pour m’y consacrer. Et FB me mène à lire pas mal d’articles aussi. J’ai la chance de ne pas avoir la télé – c’est un choix.
    Après, faut-il passer sa vie à lire ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux passer le temps perdu sur les réseaux sociaux à sortir, aller respirer, rêver, rencontrer des gens, s’investir dans la vie associative, faire du sport ou de activités diverses, vivre dans la vie réelle ?
    🙂

  9. Est ce que c’est vraiment possible de lire autant de livre? Même en lisant beaucoup, j’ai à peine lu 20 livres depuis le début de 2017. 1000 me parait beaucoup trop…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*